L’Agence Française de Développement: Développeur d’avenir durable

0
60

Institution financière publique, l’Agence Française de Développement (AFD) agit depuis plus de soixante-quinze ans pour combattre la pauvreté et favoriser le développement dans les pays du Sud et dans l’Outre-mer. Elle met en œuvre la politique définie par le Gouvernement français.

En RDC, les trois principaux objectifs mis en œuvre par l’AFD sont l’amélioration des services sociaux de base – éducation, formation professionnelle, eau potable et santé –, l’accès des individus et des entreprises au circuit financier et la préservation de l’environnement. Les engagements financiers cumulés de l’AFD en RDC représentent près de 200 millions d’euros.

Afd Maurain
Jean-Christophe Maurin Directeur de l’Agence Française de Développement en RDC.

L’AFD est par ailleurs chargée de la mise en œuvre du premier contrat de désendettement et de développement (C2D) signé depuis le 10 juillet 2013 entre la France et la RDC. Ce contrat représente un engagement financier de 106 millions d’euros.

Un C2D consiste en une forme d’annulation de créances d’aide publique au développement (APD) au profit d’un pays pauvre très endetté : ce dernier continue d’honorer sa dette, mais, aussitôt le remboursement constaté, la France reverse la somme correspondante sur un compte spécifique de la Banque centrale du pays pour financer des programmes de lutte contre la pauvreté sélectionnés d’un commun accord avec l’État partenaire.

L’appui de l’AFD à l’éducation primaire permet d’améliorer l’accès et la qualité de l’école primaire par le financement de la construction de centaines de salles de classe à moindre coût associant les communautés et par la formation à distance des enseignants, au français et à la pédagogie.

En matière de formation professionnelle, l’AFD appuie l’Institut national de préparation professionnelle (INPP) en charge de proposer et de certifier des formations initiales et continues. Les financements de l’AFD visent à améliorer l’offre de formation professionnelle basée sur des besoins exprimés par le secteur privé. Quatre centres de formation sont en cours de réhabilitation respectivement à Matadi, Mbandaka, Bukavu et Goma. Un nouveau projet est en cours d’élaboration pour la création d’un autre centre à Kisangani.

AFD – Santé

Concernant la santé, les financements de l’AFD permettent d’améliorer l’offre de soins de la Clinique Ngaliema et du Centre Hospitalier Monkole. Deux hôpitaux, l’un public et l’autre associatif, qui assurent une mission de service public, reconnus à la fois pour leur qualité aussi bien en tant que prestataires de soins spécialisés de qualité (malformations cardiaques, urologiques, maxillo-faciales) et de soins paramédicaux, que pour faciliter l’accès aux soins des plus démunis.

Pour la desserte en eau potable, l’AFD finance des réseaux d’approvisionnement dans les quartiers périphériques de la ville de Kinshasa. Ces réseaux ont amélioré les conditions sanitaires de plus de 500.000 habitants, et avec le C2D, ce sont près d’un million de kinois qui auront accès à de l’eau potable. Ces réalisations contribueront ainsi à alléger le travail des femmes et des enfants (essentiellement des filles), qui sont encore soumis à la corvée d’eau, devenant par là même un vecteur d’insertion économique et sociale.

Pour l’environnement, l’AFD finance un projet d’appui à la gestion durable des forêts à travers l’accompagnement de l’administration et des exploitants forestiers pour l’élaboration de plans d’aménagement écologiquement et socialement soutenables. L’AFD appuie en outre le financement de l’économie congolaise à travers la mise en place de prêts et de garanties en partenariat avec le secteur bancaire et des institutions de micro-finance.

Jean-Christophe Maurin